Début Et Développement Du Diabète

Qu’est-ce que le diabète?

diabetes

Le diabète est un désordre métabolique caractérisé par des taux de sucre élevés dans le sang. Cela se manifeste particulièrement après avoir pris un repas riche en sucre ou après un test de tolérance au glucose (75 mg de glucose sont ingérés). Le taux de sucre dans le sang ne retourne pas à des taux normaux de moins de 120 mg, dans les deux ou trois heures qui suivent la prise de glucose, bien que la personne ait été préparée convenablement en suivant un régime, pendant trois jours, riche en hydrates de carbone. Le diabète se développe à la suite d’une mauvaise production ou utilisation de l’insuline. Il prend deux formes, le diabète maigre (connu pour être le diabète des jeunes ou diabète de type 1) et le diabète gras (connu pour être le diabète des adultes ou diabète de type 2). La cause et le traitement de ces deux types de diabète sont différents.

Le diabète de type 1 est une maladie auto-immune qui se développe généralement brusquement pendant la jeunesse. Ses symptômes comprennent une soif excessive, une perte de poids et une fatigue particulière. Si le pancréas ne produit pas suffisamment d’insuline, les personnes atteintes d’un diabète maigre doivent, pour survivre, suivre un traitement à base d’insuline. Les parents proches d’enfants atteints du diabète de type 1, ont un plus grand risque d’avoir cette maladie. Cependant, une thérapie d’intervention appliquée chez des enfants jeunes, avant que les symptômes apparaissent, peut empêcher à la maladie de se développer.

Ce sont en général les personnes obèses, ou d’un âge moyen ou des personnes âgées qui sont atteint du diabète de type 2. Aux États-Unis et dans les pays occidentaux, cinq pour cent environ de la population ont ce type de diabète. La population diabétique s’accroît avec l’âge ; aussi, à 85 ans, un tiers peut être diabétique. Cette maladie est même plus courante chez certains groupes tels que les populations adultes urbaines aux Indes, en Jamaïque et chez les Indiens Pima aux États-Unis.

Le Concile de la Conférence Générale sur la nutrition n’offre pas de traitements pour ces patients. Tous ceux qui sont diabétiques doivent rechercher l’avis de leur médecin pour savoir comment contrôler le mieux possible le sucre dans leur sang, en s’imposant des changements dans leur style de vie, et pour savoir s’ils ont besoin de prendre des médicaments. Cette brochure ne traite pas du diabète de type 1 autrement qu’en affirmant que ceux qui en sont atteints, ne devraient pas essayer de le traiter seuls. Les informations de ce document n’ont autre but que de discuter de la nutrition et des facteurs liés au style de vie du diabétique du type 2, puisque c’est de loin le type de diabète qui prédomine.

Que signifie hyperinsuline?

Il y a hyper-insuline quand le taux d’insuline dans le sang est élevé. On peut le constater chez certaines personnes, des années avant que le diabète se soit déclaré. C’est cet état qui cause l’accélération de l’athérosclérose. On le rencontre souvent chez les personnes obèses, souffrant d’hypertension, d’hyperglycémie et d’hyperglycéridémie dont le taux de bon cholestérol (LPHD) est bas ; cet état est connu sous le nom de Syndrome X.

Quel sont les risques que représente l’obésité sur la santé?

Le principe le plus important relatif à la nutrition pour les individus atteints de diabète gras, est de gérer leur poids. Environ 80 pour cent de ces personnes ont du poids en excès. Une résistance à l’insuline peut résulter d’un état d’obésité, une des caractéristiques principales du diabète. Par conséquent, il est important de parvenir et de maintenir un poids idéal, que ce soit pour la prévention que la gestion du diabète.

Le régime alimentaire et l’exercice, peuvent-ils contribuer à combattre l’obésité et le diabète?

Un régime contenant peu de gras et riche en fibres, comprenant suffisamment de calories, accompagné d’un programme d’exercices physiques, non seulement concourt à maintenir un poids idéal mais réduit les risques de diabète de type 2. Ceux qui ont ce diabète ne doivent pas manger, dans la plupart des cas et même s’ils prennent de l’insuline, plus de trois fois par jour pour éviter les élévations subites du taux de sucre dans le sang. Ils doivent, là encore dans la plupart des cas, éviter de manger ou même boire des jus de fruit entre les repas ou avant de se coucher. L’exercice fait baisser le taux de sucre dans le sang parce qu’il permet aux cellules du corps de mieux utiliser le glucose. L’exercice réduit également le risque de devenir diabétique et la quantité d’insuline que le diabétique doit avoir. Lorsque le régime alimentaire, l’exercice et la gestion du poids ne donnent pas à eux seuls les résultats désirés, les médecins peuvent prescrire également des médicaments hypoglycémiques pris oralement ou de l’insuline.

Combien de gras et de cholestérol devraient être consommés?

Un régime riche en gras favorise le diabète et les effets en résultant. Dans l’idéal, environ 20 à 30 pour cent de la totalité des calories du régime alimentaire doivent provenir des matières grasses. Il ne devra pas compter plus de 10 pour cent de gras saturés. Si le taux de mauvais cholestérol (LPBD)dans le sang est élevé, la quantité de gras saturés peut être réduite et être inférieure à 7 pour cent des calories. Environ 6 à 8 pour cent des calories devraient provenir d’acides gras polyinsaturés. Du fait que la crise cardiaque est la cause principale de décès chez les diabétiques, ceux-ci devraient limiter la quantité de cholestérol consommée en s’en limitant à 100 milligrammes maximum pour chaque mille calories. Pour pouvoir ramener le taux de cholestérol dans le sang à des niveaux acceptables, il se peut que certains diabétiques soient obligés de limiter leur cholestérol alimentaire à 100 milligrammes par jour.

Les individus ayant un diabète de type 2 devraient s’efforcer de réduire leur excès de poids pour qu’il atteigne un niveau normal favorisant leur santé. C’est particulièrement le cas des individus qui ont des taux de triglycérides élevés. Mais si la perte de poids ne suffit pas à réduire les taux de triglycérides dans le sang, l’American Diabetes Association suggère d’accroître la consommation totale de gras à 40 pour cent de la totalité des calories, correspondant à une réduction équivalente de la consommation d’hydrates de carbone. Ce gras additionnel devra en tout premier lieu provenir de plantes et de gras monosaturé comme celui que l’on trouve dans les olives, l’huile d’olive et les avocats. Cependant, il est conseillé de prêter une attention particulière sur ce point puisque le gras alimentaire a une étroite relation avec la difficulté de contrôler le diabète.

Des études ont démontré que les gens qui mangent fréquemment de la viande, ont un risque de mortalité 3,8 fois plus grand que les végétariens s’ils sont diabétiques du type 2, ou de développer ce diabète. On pense que cela est principalement dû au manque de fruits et de légumes de leur régime alimentaire ; il vrai que la viande contient beaucoup de gras et contribue à ce risque. Du fait que les végétariens consomment plus de céréales complètes, de fruits et de légumes et moins de gras saturés, leur poids, en général, est moins élevé.

Qu’en est-il de la consommation du sel?

Puisque les diabétiques sont enclins à l’hypertension, ils devraient limiter leur consommation de sel à une cuillerée à café par jour, y compris le sel contenu dans les préparations commerciales (correspondant à un total de 2 000 milligrammes de sodium).

Quels sont les besoins en protéines du diabétique du type 2 ?

Du fait qu’un excès de protéines d’un régime alimentaire peut accroître le risque de maladie des reins (la seconde cause principale de décès des diabétiques), les diabétiques ne devraient pas consommer de grandes quantités de protéines. L’American Diabetes Association recommande que 10 à 20 pour cent des calories devraient provenir de protéines car la plupart des diabétiques suivent un régime alimentaire réduit en calories et une certaine partie des protéines sera utilisée pour produire de l’énergie. Mais les individus atteints de diabète et dont les reins sont malades, doivent consommer seulement 0,75 à 0,80 gramme de protéine par kilogramme pour un poids corporel normal.

Qu’en est-il de la consommation des hydrates de carbone?

Dans l’idéal, 50 à 60 pour cent des calories devraient provenir d’hydrates de carbone, principalement des hydrates de carbone complexes comme le pain complet, les céréales, les pâtes à farine complète non raffinée, les haricots, les légumes et les fruits frais.

De récentes recommandations n’interdisent plus complètement aux diabétiques la consommation de sucrase (sucre de table). Les recherches montrent que le pain, les pommes de terre et autres féculents produisent des réactions du glucose dans le sang, semblables à celles de la sucrase. Le sucre contenu dans des aliments comme le pain et les biscuits salés, l’est dans de faibles proportions et ne risque pas d’élever le taux de sucre dans le sang. Cependant, les plats contenant beaucoup de sucre, ont souvent trop de gras, insuffisamment de valeur nutritive, manquent de fibres, et sont souvent responsables du taux élevé de sucre dans le sang. Les réactions du glucose dans le sang provenant du miel, de la molasse ou des jus de fruits, semblent être les mêmes que pour la sucrase.

Les édulcorants de synthèse, comme l’aspartame et la saccharine, ont prouvé que les diabétiques pouvaient en consommer sans danger. Du fait que la fructose produit une moins grande élévation de glucose dans le sang que le sucre, les diabétiques peuvent aussi, à l’occasion, utiliser de la fructose dans les mêmes faibles proportions que les édulcorants de synthèse. La fructose, cependant, ne devrait pas être utilisée régulièrement dans la cuisine et la cuisson, car elle peut causer une élévation des triglycérides. Cependant, les diabétiques devraient limiter la consommation de boissons sucrées et de jus de fruits qui contiennent du sirop de maïs, riche en fructose.

Les fibres, sont-elles importantes?

Une quantité suffisante de fibres est importante à la gestion du poids car les aliments qui contiennent beaucoup de fibres rassasient tout en ayant moins de calories. Les fibres réduisent aussi le taux de sucre dans le sang après les repas, et améliorent la tolérance au glucose. Elles

diminuent également la quantité de médicaments requis au contrôle du sucre dans le sang. La plupart des individus devraient consommer 20 à 35 grammes de fibres par jour. Certains diabétiques peuvent bénéficier d’une consommation de fibres pouvant atteindre 50 grammes par jour.

Les aliments riches en fibres solubles comme l’avoine, l’orge, les haricots et les pommes, sont en particulier très utiles car les fibres solubles réduisent le taux de cholestérol dans le sang et entre autre le mauvais cholestérol (LPBD). Les fibres accélèrent l’excrétion des lipides du corps en s’attachant aux acides de la bile, aux lipides, au cholestérol et aux triglycérides du trac intestinal. Les fibres des haricots jouent un rôle important dans le régime du diabétique car ils combattent l’élévation habituelle de glucose dans le sang due à la consommation de sucres simples et de féculents raffinés. Les graines complètes ont plus de fibres et de valeur nutritive que les graines raffinées. Des fibres isolées, telles que le son, risquent de causer une perte plus grande de sels minéraux du trac intestinal alors que les graines complètes contribuent à l’apport de ces sels minéraux vitaux. Les fruits frais entiers sont des sources moins concentrées de sucres simples et de meilleure qualité que les jus de fruits, qui ont subi un procédé enlevant ou perturbant les fibres. La consommation de fibres devrait être augmentée graduellement pour minimiser les crampes abdominales, l’inconfort abdominal, les selles molles et les flatuosités.

Est-ce que le diabétique doit éviter de consommer de l’alcool, du thé et du café?

Bien que l’alcool ne requiert pas d’insuline pour son métabolisme, il n’est pas recommandé aux diabétiques, surtout ceux qui ont un pancréas malade, des nerfs détériorés, ou des taux anormaux de lipides dans le sang. Chez les individus qui y sont sensibles, l’alcool peut élever le taux de triglycérides. L’alcool rend le contrôle de sucre dans le sang plus difficile car il peut accroître le risque d’hypoglycémie chez ceux qui utilisent des médicaments qu’ils prennent par voies orales ou de l’insuline.

La caféine neutralise l’enzyme phosphodiesterase, permettant à de grandes quantités de glucose et de triglycérides de se mêler au flot sanguin. En ce sens, la caféine produit un effet semblable à celui du stress. Le Concile de la Conférence Générale sur la nutrition recommande que les individus atteints du diabète de type 1 et 2 évitent le café, le thé, les boissons à base de cola et autres produits contenant de la caféine.

Comment la gestion alimentaire du diabète de type 2 s’est-elle transformée au cours des années?

À cause du fait que les aliments riches en gras saturés et en cholestérol, comme la viande, les oeufs, le lait entier et les fromages gras, ont prouvé qu’ils accéléraient le risque de crise cardiaque et de maladie des reins, le régime riche en protéines et comprenant peu d’hydrates de carbone, recommandé dans le passé aux diabétiques, a été remplacé par un régime concentré en tels que les céréales complètes et les légumineuses. La meilleure manière d’empêcher et de contrôler le diabète de type 2, est de maintenir un poids idéal, de suivre un régime alimentaire sain et de faire des exercices régulièrement.

Les diabétiques de type 2 aussi bien que la population en général ont, dans le tableau de la pyramide alimentaire du régime végétarien, un guide facile à consulter pour la sélection des aliments quotidiens. Si vous voulez vous en procurer une copie, téléphonez au (800) 548-8700 pour les appels des États-Unis ou au (301) 790-9735 pour les autres appels.

Powered by WP Review

Add Comment